LE 31 MARS, LA PALESTINE A L’HONNEUR !

Encore une très belle soirée de solidarité envers nos amis palestiniens en perspective. Pour dénoncer et lutter contre l’apartheid du gouvernement israélien,  pour se mobiliser en faveur des prisonniers palestiniens, pour réclamer du gouvernement français la reconnaissance de l’État Palestinien, mais aussi pour passer une belle soirée de fraternité, nous vous invitons à participer à la traditionnelle soirée organisée par notre association. Comme l’an passé nous vous y attendons aussi nombreux et déterminés. Notez bien la date : samedi 31 mars, à l’espace Aragon à Bezons. Et c’est seulement 20 euros par personne, buffet compris !  Pour réservez, c’est simple, remplissez le bulletin d’inscription  joint ci-dessous.

Deux États pour que Palestiniens et israéliens vivent enfin en Paix chacun dans leur pays.

SOIREE ORGANISEE AVEC LES PARRAINAGES DE :  COMITE DE JUMELAGE – L’ARAC – BEZONS LA GAUCHE POUR TOUS –  Le LAB – ATD QUART-MONDE – TOGO EDUCATION CULTURE – l’AICSF – VILLAGE AMITIE VIETNAM – et le soutien de LA VILLE DE BEZONS 

Bulletin d’inscription ci-joint. CLIQUEZ ICI :Bulletin de réservation pour la soirée du samedi 31 mars 2018

Reconnaissance de l’État Palestinien : Bezons l’a fait !

Les différents processus internationaux des trois dernières décennies qui ont fait miroiter la perspective d’un État palestinien sous l’égide d’un prétendu arbitrage des États-Unis ont été une supercherie. La situation en Palestine est plus dramatique que jamais. Mais la proclamation et la reconnaissance internationale d’un État de Palestine restent le seul objectif possible pour soutenir la lutte nationale des Palestiniens. C’est pourquoi nous nous félicitons de la décision du maire de Bezons d’avoir proposé au Conseil municipal la reconnaissance de l’État palestinien. Bravo Monsieur le maire !

70 ans que le peuple palestinien vit sous l’occupation israélienne, avec son lot de crime , de violence et de toutes formes d’interdits des libertés

Les espoirs suscités par ce qu’on a appelé le processus d’Oslo ont été réduits à néant. L’assassinat de Yitzhak Rabin par un extrémiste juif, en 1995, préparé par une campagne déclenchée contre lui par Benyamin Netanyahou et l’extrême droite, la provocation d’Ariel Sharon en 2000 sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, puis l’intervention, en 2001, d’Israël à Ramallah et sa récupération de territoires qui devaient revenir aux Palestiniens, ont sapé progressivement tous les espoirs de paix entre la Palestine et l’Israël. Depuis les  bienveillances des gouvernements américains successifs n’ont permis qu’une chose : permettre aux gouvernants israéliens de gagner du temps en poursuivant la colonisation de toute la Palestine. Le coup de grâce a été donné à cette fausse perspective de paix par la victoire du parti de Benyamin Netanyahou aux élections de mars 2015, qui a désormais encouragé ouvertement les colons les plus extrémistes.

Ni le gouvernement socialiste de François Hollande, ni le celui de droite de Macron n’entendent reconnaître l’État palestinien. Ils préfèrent regarder passivement un peuple se faire spolier de tous ses droits et de ses terres et subir les exactions de l’armée israélienne aux ordres d’un gouvernement d’extrême droite.

Dans ces conditions, écarter l’objectif d’un État palestinien, renoncer à l’élémentaire reconnaissance de l’existence de la nation palestinienne, de sa dignité et de son droit à traiter de l’avenir de la Palestine dans une pleine égalité juridique avec l’État d’Israël, reviendrai néanmoins à un renoncement. Cette idée ravie Netanyahou, qui ne veut pas entendre parler d’un État palestinien et verrait d’un bon œil qu’il puisse étendre leurs frontières et soumettre tous les Palestiniens à un apartheid encore accru. Aussi notre association salue la décision prise par le Conseil municipal de Bezons, sur proposition de Dominique LESPARRE,  de reconnaître l’État de Palestine et de demander au gouvernement français d’en faire tout autant. Gennevilliers, Valenton, Allonnes, Bezons…Cette liste n’en est qu’à son début. Et nous en sommes très heureux ! Une raison de plus de participer à notre banquet du 31 mars prochain pour fêter cette décision courageuse.

Énorme succès pour la 1ère Nuits des Amis de la Palestine

Le musée de l’histoire de l’Immigration illuminé aux couleurs du drapeau de la Palestine !

380 personnes dans cet extraordinaire Palais de la Porte Dorée qui abrite depuis 2014 le musée de l’histoire de l’immigration ! Hier soir, 28 novembre, une soirée événement rassemblait en effet  des personnalités du monde artistique, intellectuel, politique français, mais aussi européens et bien sûr palestiniens ainsi que des militants de la cause palestinienne, pour la première Nuit des Amis de la Palestine. Cette première fut un succès incontestable auquel la délégation de notre association Bezons West Bani Zaïd  est heureuse et fière d’avoir contribué.

Notre ami Ahmed BORJI entouré de Salman EL HERFI, Ambassadeur de la Palestine en France et de Pierre LAURENT, secrétaire général du PCF.

L’événement à l’initiative du RCDP (réseau de coopération décentralisée pour la Palestine) en partenariat avec Cités Unies France, l’Ambassade palestinienne en France avait à vocation de rassembler lors d’une soirée de solidarité et de mobilisation les amis de la Palestine, en France et à l’international. Devant le succès de cette soirée, les organisateurs ont déjà annoncé  qu’ils souhaitaient en faire un rendez-vous annuel. Entièrement d’accord !!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’épouse et le fils de Marwan Barghouthi à Bezons le 30 novembre.

Fadwa Barghouthi en visite en France, sera reçue dans de nombreuses municipalités défendant la cause palestinienne

Après l’excellente soirée réalisée en partenariat avec notre municipalité dans le cadre du Festival des solidarités le 23 novembre dernier, Dominique Lesparre, maire de Bezons et notre association reçoivent Fadwa et Arab Barghouthi en mairie le jeudi 30 novembre. Une réception qui se fera en deux temps (voir invitation). Avec d’abord une réception en l’honneur de la famille de notre ami Marwan, leader palestinien, injustement condamné depuis 13 ans à la prison à vie par un tribunal militaire israélien. Et ensuite en soirée, nous aborderons la question des prisonniers politiques palestiniens et la situation général dans ce pays opprimé par les autorités israéliennes. Nous comptons bien entendu sur votre présence. 

Soutien à Salah Hamouri : Le Syndicat des Avocats de France interpelle E.Macron

Le président du Syndicat des avocats de France (SAF), Bertrand Couderc, vient, au nom de son organisation, de s’adresser à Emmanuel Macron pour le saisir du cas de Salah Hamouri, avocat franco-palestinien. « Le SAF vous demande instamment, Monsieur le Président, d’œuvrer pour que la France fasse libérer l’un des siens, avocat injustement soumis à l’arbitraire d’un pouvoir aveugle et sourd », écrit-il. Plus que jamais mobilisés, à l’image de l’association Bezons West-Bani Zaîd lors de la foire de Bezons, où les Bezonnais ont été nombreux à signer la pétition en faveur de la libération de Salah, nous ne lâcherons rien, tant que Salah n’aura pas retrouvé sa liberté ! Liberté pour Salah Hamouri, l’acharnement du pouvoir israélien contre lui doit cesser ! Signez la pétition !!!

Lire la suite

Salah Hamouri condamné : mais qu’attendez-vous pour intervenir Monsieur Macron ?

Trois mois de détention administrative,  décide le juge ! Non, six mois, réclame le procureur !  Les peines requises contre Salah Hamouri démontrent l’acharnement  et la haine des autorités israéliennes contre tous opposants à sa politique d’apartheid. Avocat et militant franco-palestinien Salah Hamouri, déjà détenu par Israël durant plus de six ans entre 2005 et 2011, sans aucun mobile, en est un exemple frappant.  Et toujours aucune intervention du côté de l’Elysée. Une honte !!

La détention administrative israélienne permet à l’armée de maintenir quiconque en prison, pour des périodes de six mois renouvelables à l’infini, sans aucune charge et sans qu’aucune preuve ne soit produite. Cette procédure, qui repose sur une présomption de culpabilité et nie tout droit à la défense, est l’une des multiples facettes du régime colonial imposé par Israël aux Palestiniens.

Quelques heures avant que la peine de détention administrative ne soit requise par l’armée, un juge de Jérusalem avait pris une toute autre décision : un placement en résidence surveillée, assorti de plusieurs interdictions (entrée à Jérusalem, sortie du pays). Et c’est alors que la famille venait payer la caution de Salah qu’elle a appris que ce dernier serait finalement maintenu en prison, dans l’attente d’une audience prévue jeudi pour confirmer la détention administrative.

Assez d’acharnement ! Tout comme Dominique Lesparre, maire de Bezons, notre association exige que le président de la République intervienne officiellement auprès des autorités israéliennes et réclame la libération immédiate de Salah Hamouri, qui n’a rien à faire dans les prisons israéliennes, à l’instar des milliers d’autres prisonniers politiques palestiniens dont des centaines de femmes et d’enfants.

 

L’arbitraire colonial s’acharne contre Salah Hamouri !

Salah Hamouri continue à être harcelé par les autorités israéliennes qui, régulièrement, lui interdisent de se rendre en Cisjordanie. Son épouse, Elsa, et son bébé, ont été refoulés à l’aéroport de Tel Aviv et ne peuvent vivre avec lui.

Salah Hamouri, militant franco-palestinien détenu par Israël durant 6 ans entre 2005 et 2011, a été de nouveau arrêté mercredi 23 août par les autorités israéliennes à son domicile de Jérusalem-est. Son épouse Elsa rapporte qu’aucun motif n’a été communiqué à Salah et à sa famille lors de l’arrestation.

Salah entouré de sa mère et de sa sœur lors de sa libération en 2011 après 6 années d’emprisonnement

Comme des centaines de milliers de Palestiniens, qu’ils soient militants ou non, Salah Hamouri est victime de l’acharnement d’une puissance coloniale israélienne qui, par des arrestations, des condamnations ou diverses interdictions administratives, perpétue une situation où l’oppression la plus brutale se conjugue à l’arbitraire et au harcèlement.

Notre association, Bezons-West-Bani-Zaïd exige la libération immédiate de Salah Hamouri, qui n’a rien à faire dans les prisons israéliennes, à l’instar des milliers d’autres prisonniers politiques palestiniens.  Salah Hamouri a déjà passé sept ans les geôles israéliennes, accusé d’avoir voulu assassiner le rabbin Ovadia Yosef, fondateur du parti religieux Shass, grand défenseur de l’occupation et de la colonisation, aujourd’hui décédé. La « justice militaire » israélienne l’a condamné après un affreux chantage. Soit il reconnaissait la tentative d’assassinat et il écopait de sept ans de prison, soit il continuait à nier et alors il passerait 14 ans derrière les barreaux! Malgré cela, Salah Hamouri continue à être harcelé par les autorités israéliennes qui, régulièrement, lui interdisent de se rendre en Cisjordanie. Son épouse, Elsa, et son bébé, ont été refoulés à l’aéroport de Tel Aviv et ne peuvent vivre avec lui. Comme si ce n’était pas suffisant, l’occupant israélien vient donc d’arrêter à nouveau Salah Hamouri, Palestinien qui est également citoyen français.

Sénateur de Paris et secrétaire national du PCF, Pierre Laurent a écrit au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, afin qu’il exige des autorités israéliennes la libération immédiate de Salah Hamouri. Les députés communistes, Jean-Paul Lecoq (Seine-Maritime) et André Bruneel (Nord) ont, chacun de leur côté, interpelé le président de la République afin « d’œuvrer dès aujourd’hui, au nom de la France » pour la libération de Salah. Pour sa part, le PCF « condamne encore une fois les agissements du gouvernement israélien qui bafoue le droit international et les conventions de Genève. »

Dès l’annonce de l’arrestation de Salah Hamouri, des milliers de personnes ont réagi sur les réseaux sociaux. L’Association France-Palestine solidarité (AFPS), a publié le communiqué suivant: « L’arrestation de notre concitoyen – dont le seul crime est de résister à l’occupation et à la colonisation –  est inadmissible et insupportable. Notre mobilisation doit être immédiate et massive. Les autorités françaises ne doivent pas laisser passer une telle infamie ».

C’est la raison pour laquelle nous invitions nos adhérents et tous les Bezonnais attachés à la solidarité avec le peuple palestinien et à la justice :

– à laisser des messages sur le site du consulat général de France à Jérusalem en suivant ce lien:

https://jerusalem.consulfrance .org/Contactez-nous-par-mail

– et aussi Ministère des affaires étrangères à l’adresse suivante

http://www.diplomatie.gouv.fr/ fr/mentions-legales-infos-prat iques/nous-ecrire/

en remplissant le formulaire avec comme objet « Français de l’étranger »

– ainsi qu’à la présidence de la République  http://www.elysee.fr/ecrire-au -president-de-la-republique/