WEST BANI-ZAÏD PARTICIPE AU FESTIVAL DES SOLIDARITÉS INTERNATIONALES

7 jours de festival, 7 rencontres, 7 débats, 7 sujets, le programme du Festival des Solidarités internationales de Bezons est en ligne ici et notre association de solidarité avec le peuple de Palestine Bezons-West Bani-Zaïd y participe bien évidement. Ses militants vous donnent rendez-vous le jeudi 22  novembre pour un débat autour de l’exécrable loi « l’État-nation du peuple juif » qui soulève un vent de colère et de rejet tant en Palestine qu’en Israël. Lire la suite

Quand un sniper israélien tue délibérément l’infirmière Razan al-Najjar

Razan al-Najjar, infirmière palestinienne de 21 ans, a été tuée par un soldat israélien alors qu’elle portait l’uniforme des personnels de santé. C’est ce qu’a révélé une enquête menée par B’Tselem, association de défense des droits de l’Homme.

Lire la suite

Le vrai visage de la députée LREM Lazaar !!

Son idole étant consacré chanoine elle aurait pu croire à un miracle, mais celui-ci n’a pas eu lieu. Alors que seuls quelques éléments de sa garde rapprochée avaient répondu à son invitation pour une réunion publique à Argenteuil ce mercredi 27 juin,  la députée du souverain Macron dans notre circonscription s’est sérieusement fait chahutée hier soir lors où s’étaient invités des militants de la cause palestinienne. Elle espérait de « l’entre soi », une petite soirée tranquille, une soirée causerie entre amis des riches et des très riches pour discuter flegmatiquement de la politique libérale du chanoine Macron, et bien…c’est raté !

 C’était sans compter sur la colère et la détermination des militants pour la cause palestinienne d’Argenteuil, scandalisés suite à la position pro-israélienne adoptée par cette députée au lendemain de l’inauguration symbolique de l’allée Nakba, à l’initiative de notre association et du maire de Bezons. Elle avait choisi de hurler avec les loups de l’extrême droite israélite. Paniquée devant le sujets des questions, embourbée dans ses contradictions et bégayante devant sa totale ignorance de certains dossiers, elle a offert son vrai visage à l’assistance, être juste une camériste de Macron. Elle a d’ailleurs fini par levé le drapeau blanc, orpheline de l’appui de deux autres députés du même acabit, qui ont préféré baisser la tête plutôt que d’ouvrir la bouche. Elle avouera même avant le KO de pas être l’ambassadrice  de Macron. Culottée tout de même ! Alors si cela est le cas, vous êtes quoi Madame Lazaaar ?

Bravo à nos amies et amis d’Argenteuil ! Mais maintenant nous pouvons en être certains :  politique abjecte envers les migrants, sélection des étudiants, loi Elan avec traitement indigne des personnes handicapées, obligation de prouver son non-consentement pour les personnes violées y compris les mineurs, attaques contre les plus démunis, les bretons traités de mafieux, les pauvres de coûter chers, poursuite de l’utilisation du glyphosate, il n’y a pas que des salauds au gouvernement, il y a aussi des incompétents.

Vous pouvez lire ci-joint, en cliquant sur le lien, l’article que le site de nos amis d’Euro-Palestine a consacré à cette soirée agitée pour Madame Lazaar : http://www.europalestine.com/spip.php?article14449 

 

 

Ce soir, ciné-débat à Argenteuil : la vérité sur les centres d’interrogatoires israéliens

Notre association Bezons-West Bani Zaïd s’associe à l’Association du Cinéma Indépendant, des films d’auteur et des salles d’Art et Essai et aux militants de la cause palestinienne d’Argenteuil pour vous inviter à participer nombreux à la projection du film « Ghost Hunting » de Raed Andoni. 

Afin de se confronter aux fantômes qui le hantent, le réalisateur palestinien Raed Andoni a organisé un casting de comédiens et de professionnels du bâtiment. Tous, comme lui, sont passés par La Moskobiya, le principal centre d’interrogatoire israélien. Ensemble, ils reconstituent ce lieu de détention dans lequel les anciens prisonniers vont (re)jouer les interrogatoires et la séquestration. Cette entreprise  va conduire les uns et les autres à jouer tantôt les bourreaux, tantôt les victimes dans une démarche cathartique à la fois troublante et émouvante. Ce film est dédié aux 750 000 Palestiniens qui ont fait l’expérience des prisons israéliennes et des centres d’interrogatoires depuis 1967. Le cinéaste en a fait partie.

Ne ratez donc pas cette projections qui aura lieu en  présence de la co-productrice du film, Palmyre Badinier  :

Vendredi 6 avril à 20 h 30 au Figuier Blanc à Argenteuil

Entrée 3,50 €

Festival des solidarités : West Bani Zaïd fait le plein !

Comme chaque année notre association s’est pleinement associée au Festival des Solidarités organisée par la municipalité de Bezons. Et hier soir, au TPE nous avons fait presque salle comble pour la projection du film « Je danserai si je veux » suivie d’un débat. Un film, premier long métrage de la jeune réalisatrice palestinienne Maysaloun Hamoud, qui n’a pas laissé indifférent le nombreux public présent pour cette projection. Il est vrai que des femmes arabes athées qui boivent, qui fument, qui s’aiment entre elles et d’autres qui cherchent à vivre leur foi en dehors du carcan patriarcal, c’était du jamais vu dans le cinéma arabo-israélien (voir interview de la réalisatrice en pdf) .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La rencontre qui a suivi a permis au président de notre association de rappeler les points forts de l’actualité en Israël et en Palestine dont l’interdiction d’entrée en Israël d’élus de la république française, le maintien en résidence surveillée de notre ami Salah Hamouri, l’accord entre le Hamas et le Fatah sur la bande de Gaza, le centième anniversaire de la déclaration de Balfour et la préparation par notre association du 70ème anniversaire de la Nakba en mai prochain. Il en a profité pour communiquer deux autres dates importantes : la présence de Fadwa Barghouthi et de son fils Arab dans notre ville le 30 novembre prochain et notre banquet annuel, le samedi 31 mars 2018. Notre ami Raymond Ayivi, conseiller municipal de Bezons, délégué à la solidarité internationale et à la Paix, qui venait tout juste de rentrer de Palestine, a fait un compte-rendu des rencontres qu’il avait pu avoir et notamment avec les élus de West Bani Zaid. Nous y reviendrons ici prochainement.

Pour lire l’interview de  Maysaloun Hamoud, CLIQUEZ sur le lien ci-contre :   Interview de M. Hamoud

La Palestine au Festival des Solidarités de Bezons

Une fois encore, notre association Bezons West-Bani-Zaïd s’associe pleinement au Festival des Solidarités qui se tient à Bezons du 12 au 26 novembre (voir programme complet ci-joint ici programme festival des solidarités 2017 ) en consacrant une soirée à la cause palestinienne.

Le jeudi 23 novembre à 19h30 au théâtre Paul-Eluard (TPE) nous vous donnons rendez-vous pour la projection du film « Je danserai si je veux« , projection qui sera suivie d’un débat au bistrot du TPE autour d’un buffet. L’entrée est gratuite. Les adhérents de West-Bani-Zaïd seront très heureux de vous y accueillir.

Le thème du film projeté le 23 novembre : Leila et Salma partagent un appartement à Tel-Aviv et un goût prononcé pour la vie nocturne, la fête, les bars et la danse. Alcool et cigarettes non-stop : c’est leur façon d’affirmer leur liberté en imitant les hommes. Défendant les femmes, l’avocate Leila est la plus affranchie dans ses mœurs et sa profession. Salma refuse systématiquement les hommes dénichés par ses parents pour la marier. Elle démissionne du restaurant où elle travaille, car elle y parle arabe et refuse l’hébreu imposé par son patron. Nour, une nouvelle colocataire sérieuse et pieuse, emménage. Étudiante voilée en informatique, elle sympathise très vite avec ses colocataires…

 

Conférence débat : Palestine, 100 ans d’injustice. Et maintenant ?

2017 marque le centième anniversaire de la Déclaration Balfour, les 70 ans du vote par l’ONU du plan de partage de la Palestine suivi par l’exil forcé de plus de 700.000 Palestiniens, les 50 ans de la guerre de 1967 qui a abouti à l’occupation de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza. L’association France Palestine Solidarité organise un débat autour de ces moments cruciaux de l’occupation et du dépeçage de la Palestine par l’Israël : Palestine, 100 ans d’injustice. Et maintenant ? 

Mercredi 11 octobre de 19h à 22h – Espace Oscar Niemeyer 

2 place du Colonel Fabien – Paris 19ème.  Avec la participation de :

Ayman Odeh :Avocat et homme politique palestinien citoyen d’Israël, Ayman Odeh dirige le Front démocratique Hadash à la Knesset. Il est également président de la coalition Liste Unifiée devenue la troisième force politique en Israël en obtenant treize sièges aux dernières élections législatives.

Alain Gresh : Journaliste, Directeur d’Orient XXI, ancien rédacteur en chef du mensuel Le Monde diplomatique. Spécialiste du Proche-Orient, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont De quoi la Palestine est-elle le nom ?, éditions Les Liens qui libèrent, 2010 et Un chant d’amour. Israël-Palestine, une histoire française, avec Hélène Aldeguer, éditions La Découverte, 2017.

La conférence-débat sera suivie par une rencontre conviviale.