Soutien à Salah Hamouri : Le Syndicat des Avocats de France interpelle E.Macron

Le président du Syndicat des avocats de France (SAF), Bertrand Couderc, vient, au nom de son organisation, de s’adresser à Emmanuel Macron pour le saisir du cas de Salah Hamouri, avocat franco-palestinien. « Le SAF vous demande instamment, Monsieur le Président, d’œuvrer pour que la France fasse libérer l’un des siens, avocat injustement soumis à l’arbitraire d’un pouvoir aveugle et sourd », écrit-il. Plus que jamais mobilisés, à l’image de l’association Bezons West-Bani Zaîd lors de la foire de Bezons, où les Bezonnais ont été nombreux à signer la pétition en faveur de la libération de Salah, nous ne lâcherons rien, tant que Salah n’aura pas retrouvé sa liberté ! Liberté pour Salah Hamouri, l’acharnement du pouvoir israélien contre lui doit cesser ! Signez la pétition !!!

Lire la suite

Publicités

Salah Hamouri condamné : mais qu’attendez-vous pour intervenir Monsieur Macron ?

Trois mois de détention administrative,  décide le juge ! Non, six mois, réclame le procureur !  Les peines requises contre Salah Hamouri démontrent l’acharnement  et la haine des autorités israéliennes contre tous opposants à sa politique d’apartheid. Avocat et militant franco-palestinien Salah Hamouri, déjà détenu par Israël durant plus de six ans entre 2005 et 2011, sans aucun mobile, en est un exemple frappant.  Et toujours aucune intervention du côté de l’Elysée. Une honte !!

La détention administrative israélienne permet à l’armée de maintenir quiconque en prison, pour des périodes de six mois renouvelables à l’infini, sans aucune charge et sans qu’aucune preuve ne soit produite. Cette procédure, qui repose sur une présomption de culpabilité et nie tout droit à la défense, est l’une des multiples facettes du régime colonial imposé par Israël aux Palestiniens.

Quelques heures avant que la peine de détention administrative ne soit requise par l’armée, un juge de Jérusalem avait pris une toute autre décision : un placement en résidence surveillée, assorti de plusieurs interdictions (entrée à Jérusalem, sortie du pays). Et c’est alors que la famille venait payer la caution de Salah qu’elle a appris que ce dernier serait finalement maintenu en prison, dans l’attente d’une audience prévue jeudi pour confirmer la détention administrative.

Assez d’acharnement ! Tout comme Dominique Lesparre, maire de Bezons, notre association exige que le président de la République intervienne officiellement auprès des autorités israéliennes et réclame la libération immédiate de Salah Hamouri, qui n’a rien à faire dans les prisons israéliennes, à l’instar des milliers d’autres prisonniers politiques palestiniens dont des centaines de femmes et d’enfants.